Dictée n°110 – marie-agnès cot