Dictée n°174 – antoine bourion