Dictée n°395 – apolline battut