Alain Rey : «L'affaire de l'écriture inclusive est une tempête dans un verre d'eau.»

25 novembre 2017

INTERVIEW – Au lendemain de l’annonce du premier ministre Édouard Philippe, qui veut proscrire l’écriture inclusive des documents officiels, le père du Petit Robert revient pour Le Figaro sur ce système graphique qu’il juge «inutile». Il explique pourquoi son emploi est impossible en français et prédit sa mort prochaine.

Elle aura fait trembler les plus hautes sphères du politique, jusqu’à les obliger à prendre officiellement parti. Mardi, le premier ministre Édouard Philippe a indiqué bannir l’écriture inclusive des documents officiels, invitant ses ministres à faire de même. Une annonce chaudement accueillie par l’académicien Frédéric Vitoux. Le linguiste et cofondateur du Petit Robert, Alain Rey, rejoint cette position. Le lexicographe explique pourquoi la mise en œuvre de l’écriture inclusive est impossible et prédit sa mort prochaine.

LE FIGARO – Comment accueillez-vous la décision du premier ministre Édouard Philippe, qui a indiqué hier, via une circulaire, bannir l’écriture inclusive des documents officiels?

Alain REY – Je pense que c’est raisonnable. Car l’écriture inclusive est une réponse très partielle, qui est de nature à troubler les enfants alors même que ceux-ci ont du mal à maîtriser l’orthographe traditionnelle…

Lire la suite sur le site du Figaro

Brigitte Macron a voulu être là avec ELALes grandes règles de la langue française