Michel Zink : « Le français risque de devenir une langue morte comme le latin »

Le Figaro

« … Le rôle du professeur est un rôle conservateur. Sa place est à l’arrière-garde. J’ai bien conscience que ce rôle n’est pas toujours gratifiant mais il est nécessaire. Ce combat conservateur, perdu d’avance puisque de toute façon la langue change, n’en est pas moins glorieux. Personne ne sait, sauf moi qui suis un cuistre, qui commandait l’avant-garde de l’armée de Charlemagne à son retour d’Espagne. Mais personne n’a oublié qui commandait l’arrière-garde : c’était Roland… »

Lire la suite sur le site du Figaro